Abstract

La variabilité spatiale des eaux du lac Saint-Jean est suivie en situant, de façon relative, les valeurs mesurées à chacune des 50 stations réparties sur le lac par rapport à des seuils critiques définis pour les paramètres suivants: température, couleur apparente, carbone organique total, azote Kjeldahl, phosphore total, coliforms totaux, chlorophylle-a active et potentiel autotrophe. Deux régions sont ainsi identifiées; un ensemble de symptômes (impliquant la couleur, les concentrations en phosphore, en azote Kjeldahl, et les valeurs des potentiels autotrophes) observés dans ces régions met en évidence des conditions non conformes à celles rencontrées en milieu oligotrophe.

This content is only available as a PDF.