Abstract

Les sédiments de 39 stations du lac St-Louis ont été échantillonnés et analysés pendant l'été 1984 pour la granulométrie, dix éléments majeurs et les contaminants (Ni, Co, Cr, V, Pb, Zn, Hg, As, HCB, pp'-DDE, Aroclor1242™, Aroclorl254™, Aroclorl260™). Dans la plupart des stations les teneurs sont plus élevées que les normes établies par le ministère de l'Environnement de l'Ontario pour le dépôt de déchets de dragage en eau libre. Avec ces données, nous avons réalisé des cartographies du lac, ce qui nous a permis de discerner trois zones où les teneurs en contaminants sont plus élevées : entre la baie de Valois (Dorval) et la Grande Anse (île Perrot), au sud des îles de la Paix (Beauharnois) et au sud de l'île Perrot (Anse au Sable). D'autre part, nous avons calculé des corrélations entre les variables, ce qui nous a permis de constater qu'il existe de fortes corrélations entre les métaux lourds et entre les contaminants organiques entre eux, mais beaucoup moins entre ces deux groupes de contaminants. Finalement, des méthodes statistiques multidimensionnelles ont été utilisées pour regrouper les stations en fonction de leur composition chimique, et cartographier le lac St-Louis. Il en ressort un groupe principal pour les éléments majeurs comprenant les 3 zones de sédimentation. Cependant, ces trois zones semblent avoir des caractéristiques différentes quant à leur composition en contaminants.

This content is only available as a PDF.